Se libérer de ses blocages
Transformer sa vie, malgré blocages et traumas
Se libérer de ses blocages
Transformer sa vie, malgré blocages et traumas

Les traumas et blocages se transmettent-ils sur plusieurs générations ?

23 Oct 2022 Blocages et traumas

 

Si vous ne deviez retenir qu’une chose : oui les traumas et blocages constituent un héritage transgénérationnel complétement inconscient. Ils participent à façonner, pour le meilleur comme pour le pire, nos existences. Et ce même si (ou « surtout si ») nous ne connaissons rien du vécu de nos aïeuls.

Cette transmission à travers les générations (la psychanalyse parle de fantôme transgénérationnel) a été mise au jour par les travaux de Nicolas Abraham et Maria Torok dès les années 70’ (Abraham N.  et Torok M. (1978), L’écorce et le noyau). Illustrée par Bruno Clavier dans Les fantômes familiaux (voir la page « lectures recommandées »), elle signifie qu’une épreuve mal vécue ou non résolue d’une personne va se transmettre sur plusieurs générations à ses descendants.

Pourquoi et comment cette transmission intervient, c’est ce que nous allons développer dans cet article.  

 

Pourquoi ?

Dans mon article précédent « A quoi cela sert-il d’être traumatisé ? », j’expliquais que le traumatisme est une tentative du cerveau pour intégrer le trauma (le comprendre) et développer une réponse adaptée face à l’impensé. Le traumatisme, le blocage est donc bien une forme d’apprentissage, même si imparfaite.

C’est pourquoi, si vécues à une génération, il peut être nécessaire de transmettre aux générations suivantes des « leçons de vie ». La transmission, même inconsciente, permettrait une adaptation des populations : si une génération d’individus est face à un danger nouveau, les générations suivantes gagneraient à développer un caractère les protégeant de ce danger. De fait,si les parents ont appris qu’ils avaient des raisons de craindre une odeur (cf expérience sur des souris), un bruit (associé à un bombardement par exemple), leurs enfants feraient a priori mieux de s’en méfier aussi.

Le problème est que ces leçons de vie, ces adaptions sont appliquées en dehors du contexte d’origine. Comme lors d’un syndrome de stress post traumatiques, elles engendrent une réponse excessive et inadaptée qui handicapent les générations suivantes.

Une transmission validée par… les souris !

Différentes expériences menées par les universités Tufts (Boston-Etats-Unis) et Emory (Atlanta-Etats-Unis) montrent que, chez la souris, les expériences traumatisantes et des souvenirs, liés à des odeurs, se transmettent aux générations suivantes, jusqu’à au moins trois générations. Cette transmission se fait sans interactions suffisantes entre les individus. Ces expériences sont détaillées dans Abdoun E. (2022, Mars), « Peut-on hériter du traumatisme de nos ancêtres ? » Science et vie. Il est à noter que des résultats similaires ont été observées sur des primates (macaques).

 

Comment ?

Si cette transmission ne fait pas vraiment de doutes, les mécanismes de transmission sont plus difficiles à cerner, surtout entre des générations qui ne se sont jamais connues[1].

Nous ne ferons ici que reprendre les pistes les plus en vues à ce jour :

- La transmission se ferait par apprentissage de génération en génération. Malheureusement cette hypothèse est invalidée par les expériences et observations. Ainsi les souris (encore elles !) héritent d’une forme de souvenir appartenant à leurs parents, indépendamment de tout apprentissage. Elles savaient de manière innée ce que leurs parents avaient, eux, dû apprendre par eux-mêmes.

- L’activation des neurones miroirs (« neurones spécifiques, responsables des processus d’apprentissage et d’imitation) permettrait à un individu de se mettre inconsciemment à la place d’un proche parent.  Ainsi, même en l’absence de récit, , la présence de stress post-traumatiques ou de blocages  non traités se transmettraient à la génération suivante » comme un « impensé généalogique ».

- la transmission épigénétique, par le biais de modifications dans l’expression de l'ADN est la piste la plus probable. De fait en 2016, des chercheurs de l’université de Genève (Suisse) sont parvenus à mesurer la trace laissée dans l'ADN à la suite d’abus et de maltraitances[2]. Ces mesures ont été confirmées par d’autres organismes par la suite[3].

Vous avez dit « épigénétique » ?

Domaine récent de la biologie, l’épigénétique, correspond à l’ensemble des informations environnementales reçues par nos cellules qui modifient l’ADN au cours de la vie. L’ADN est la donnée de fond, l’épigénétique est tout ce qui influence sa lecture ou son expression.

 

[1]Pour plus de détails, voir https://www.thyma.fr/transmission-transgenerationnelle-des-traumatismes-et-differents-mecanismes-revue-de-la-litterature/


Articles similaires

Derniers articles

Les traumas et blocages se transmettent-ils sur plusieurs générations ?

Une séance en thérapie systémique

Trauma ? Traumatisme ? blocage ? de quoi s'agit-il....

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion